Ne dites pas dernier délai dites Quasimodo

La terre nous est étroite

d'après Mahmoud Darwich

poésie et musique

Vendredi 15 décembre à 21h

Tarif : 12€ / 9€

Réservation au 04.73.70.26.63 ou reserver@capitainerie.org

 

Des pneus posés à plat remplacent un pied de piano échoué, entre une valise, un vieux matelas et un fût qui ont du en voir ; une pièce de tracteur hors d’âge n’en finit pas de languir au milieu de ce fatras, au bord d’on ne sait où, dans les environs de nulle part. Quelques feuilles de papier, froissées, jonchent le sol.

Deux hommes. L’un ramasse, au hasard, une feuille, la défroisse, lit le poème qu’elle cachait. L’autre joue de la musique en contrepoint de la lecture. Puis une autre feuille, ramassée encore au hasard, sur une musique née de l’instant.

Les poèmes sont signés du poète palestinien Mahmoud Darwich. Des mots fragiles, des mots comme une douleur d’orgueil, des mots qui racontent un pays enseveli dans le souvenir, l’errance d’un peuple voyageur dans la caravane ininterrompue de l’exode. Des mots, juste des mots.

Lionel Alès, lecture et Arnaud Lauras, musique

Mahmoud Darwich, poète palestinien majeur, est né en 1941 et mort en 2008. Président de l’Union des écrivains palestiniens, il a publié une vingtaine de recueils de poésie (dont La terre nous est étroite), des ouvrages en prose et collaboré à plusieurs publications. Ses oeuvres lui ont valu de nombreuses récompenses ; il est publié dans vingt-deux langues.